Ile Moneron

L’île Moneron (Ostrov Monerone) se situe au beau milieu du détroit de Tartarie, à environ 50 km de l’île de Sakhaline. Sa découverte revient officiellement aux Japonais : c’est au XVIIème siècle que le Samouraï Hironiti l’indique sur ses cartes de navigation. L’île est ensuite découverte pour la deuxième fois au XVIIIème siècle par des Français qui l’indiquent sur les cartes de navigation européennes. Elle est alors nommée en l’honneur de l’ingénieur en chef de l’expédition de la Pérouse : Paul Mérault Monneron. Mais l’île isolée ne garde pas son nom français. Après la défaite de la Russie lors de la guerre russo-japonaise, l’île est renommée Kaibato et appartient au Japon jusqu’à la capitulation japonaise en 1945. Bien que le Japon dise n’y avoir construit qu’un village de pêcheurs, plusieurs constructions japonaises s’y trouvent encore à l’heure actuelle. Le mystère plane aussi sur la présence de tombes anonymes ornées d’une étoile rouge alors que Moneron ne figure dans aucune archive des opérations militaires d’URSS… Si le village de pêcheurs japonais a été remplacé par un village soviétique, l’île a tout de même été désertée. La pêche s’est révélée une activité non rentable et les habitants se limitent aujourd’hui aux gardes-frontaliers et au personnel du phare. Cependant, Moneron attire les éco-touristes pour ses paysages d’exception, sa faune et sa flore, ainsi que pour ce sentiment qu’elle procure : celui d’être perdu au milieu de nulle part. De plus, le monde sous-marin de Moneron est adulé des écologues de par son eau cristalline et ses animaux marins qu’on ne trouve nulle part ailleurs en Russie. Il s'agit en effet de la seule réserve marine du pays.
Abonnez-vous à nos actualités !
Pourquoi s’abonner à nos newsletters ? Tout d’abord, nos newsletters sont intéressantes ! Nous sommes l’un des seuls tour opérateurs spécialisés dans les voyages nature en Russie. Nous portons grande importance à la réalisation de photos et de vidéos. C’est pourquoi même assis dans votre bureau vous aurez l’impression de parcourir les glaces de l’arctique en notre compagnie, de marcher dans les vallées couvertes par la taïga, d’admirer les volcans ou de regarder les eaux cristallines du lac Baïkal. Ensuite, il y a beaucoup de choses utiles dans nos newsletters. Des informations à propos de lieux exceptionnels, de nouvelles descriptions d’itinéraires, des histoires à propos des expéditions et des voyages. Pas d’inquiétude, nous écrivons de manière simple et amusante. Pour finir, nous ne sommes pas insistant. Vous aurez environ une à deux fois par mois des nouvelles de nos magnifiques voyages à travers ces newsletters. Vous en voudrez encore !